Historique

Le point de départ du projet SUN est le constat suivant, fait en 2007 : de nombreux projets de ‘quartiers durables’ ou ‘éco-quartiers’ se développent en périphérie de nos villes, tandis que l’on observe dans le même temps une dégradation de certains quartiers urbains plus centraux, et en particulier ceux hérités de l’ère industrielle, qui malgré de nombreux dispositifs publics de soutien, ne parviennent pas à réintégrer une dynamique de développement vertueuse.

S’il est bien entendu positif que les nouveaux quartiers soient pensés dans une logique de développement durable, certains nouveaux quartiers ne sont-ils pas un peu rapidement considérés comme ‘durables’ par le seul fait qu’ils font usage de nouvelles techniques et technologies conférant aux bâtiments des performances énergétiques meilleures que celles de bâtiments de facture plus ancienne? Par ailleurs, cette tendance soulève des questions à l’échelle de la ville: pourquoi permettre l’urbanisation de ressources foncières encore préservées alors que certaines ressources plus centrales sont sous-utilisées? Pourquoi privilégier des développements en périphérie, souvent peu accessibles en transports en commun, alors que certaines localisations plus urbaines sont mieux desservies? Enfin, cette tendance soulève des questions de justice environnementale: ces nouveaux quartiers durables ne sont souvent accessibles que par des classes sociales aisées, tandis que les populations les plus pauvres se concentrent dans certains quartiers urbains existants, avec le risque conséquent d’une dégradation physique accélérée de ces quartiers (difficultés d’entretien du bâti, financement des actions publiques, etc).

Comment dès lors assurer à ces quartiers urbains existants une certaine attractivité, nécessaire à leur auto-rénovation, à l’heure où la notion de ‘durabilité’ est souvent réduire à la question énergétique et est utilisée comme un argument marketing pour la commercialisation de logements?

Pourquoi pas en démontrant que ces quartiers urbains ont d’autres attouts à valoriser, et qu’ils peuvent parfaitement s’inscrire dans un processus de développement urbain durable?