Colloque : Le développement économique des quartiers urbains

Liège, Palais des congrès, Mardi 9 février 2010

Le premier colloque organisé dans le cadre du projet SUN s’est tenu le mardi 9 février 2010 au Palais des Congrès de Liège. Cet événement a rassemblé près de 200 participants, issus d’horizons différents (urbanisme, développement économique, entreprenariat, secteurs artistiques et culturels, etc), de statuts différents (académiques, pouvoirs publics, associations et comités de citoyens, organisations non-gouvernemantales, etc), venus des différentes régions gravitant autour de l’Eurégio Meuse-Rhin (Wallonie, Flandre, Pays-Bas, Allemagne) et Bruxelles.

Le succès qu’a rencontré cet événement est double. D’une part, il a permis de rassembler tous ces acteurs autour d’une problématique commune, de créer de nouvelles relations entre ces acteurs qui ne se connaissent pas nécessairement, relations pourtant reconnues comme primordiales en matière de développement économique local. D’autre part, il a permis de soulever un certain nombre de questions méthodologiques relatives au développement économique des quartiers urbains, et en particulier, la question de la coordination de tous ces acteurs à l’échelle d’un quartier urbain (mais également à l’échelle plus large de la ville). En effet, on peut se demander qui (quel opérateur?), dans la plupart de nos villes, assure cette mission? Il semble que chacun exerce son métier sans nécessairement de connexion avec les autres, sans qu’il y ait de lieux de rencontre et de coordination aux différentes échelles territoriales, alors que cette coordination est pourtant nécessaire pour assurer l’efficacité et la cohérence des diverses actions (publiques, parapubliques, associatives, privées) en termes de développement économique local.

Ce 1er colloque a mis l’accent sur la dimension économique du développement des quartiers urbains. Dans les 2 ans à venir, d’autres colloques seront organisés dans le cadre du projet SUN, dans les différentes villes participantes, qui permettront d’aborder les autres thématiques de travail identifiées pour les quartiers urbains participant au projet  : le travail sur la cohésion sociale, la rénovation énergétique des logements privés, la végétalisation des espaces publics.

Inscrire 5 quartiers urbains de l’Eurégio Meuse-Rhin dans une dynamique de développement durable, tel est l’objectif que s’est fixé le projet SUN. Ces quartiers, hérités de l’ère industrielle, se caractérisent par des défis importants à relever, mais également par de nombreux atouts, si l’on considère le développement durable non seulement dans sa dimension énergétique, mais également dans ses dimensions économiques et sociétales. Autour de ces 5 quartiers pilotes, s’articulent 5 villes, 4 partenaires académiques, de nombreux acteurs du monde associatif et économique, et près de 50.000 citadins. SUN s’est volontairement construit comme une recherche-action transversale et multi-scalaire, à l’interface entre villes, monde académique, citoyens et société privée. Ce qui rassemble tous ces acteurs ? le sentiment que les quartiers urbains représentent un formidable potentiel pour le développement de nos villes.

Pour télécharger les présentations des orateurs, cliquez ici

La thématique du premier colloque

Une contribution positive des quartiers urbains à l’économie locale et surtout des retombées économiques au niveau local, tels sont généralement les objectifs recherchés lorsqu’on parle de développement des quartiers urbains. Dans cette optique, le développement des quartiers urbains implique un ensemble d’activités et de dynamiques complémentaires…

La création d’entreprises, la localisation d’entreprises dans le tissu urbain, l’accueil des investisseurs potentiels, la communication sur la ville et ses quartiers, le soutien au commerce de proximité, la gestion de l’environnement urbain, l’aménagement d’espaces d’activités urbains ou de pépinières d’entreprises, etc.

… mais également des secteurs d’activités très diversifiés.

Le commerce d’alimentation, l’équipement de la personne, l’Horeca, l’art et la culture, les services aux personnes, les services publics, les asbl et associations, l’économie sociale, la gestion environnementale, l’éco-rénovation, etc.

Ainsi, tous les acteurs du monde économique et de l’aménagement urbain auraient un rôle à jouer pour soutenir le développement des quartiers urbains, contribuant à leur tour à la vitalité économique de la ville. Mais comment, et comment coordonner leurs actions pour en assurer l’efficacité en termes de développement local?

La ville et ses différents quartiers ne constituent-ils pas la clé qui doit permettre cette coordination ? La territorialisation de l’action et de la régulation économique est en tout cas un phénomène observable dans de nombreux contextes urbains, en réponse aux profondes mutations du contexte économique global. Les collectivités territoriales prennent désormais leur sort en main et mènent des politiques de “développement territorial” ou encore de « développement local ». De nouvelles formes de gouvernance axées sur le développement économique apparaissent à diverses échelles territoriales et en particulier à l’échelle de la ville-région, souvent plus pertinente en termes de développement, mais également à l’échelle très locale du quartier urbain. Des stratégies de développement spécifiques sont définies pour ces villes ou pour ces quartiers, généralement assorties de démarches de “marketing territorial”, mais également de projets d’aménagement urbain (la qualité de l’environnement urbain étant reconnue comme un levier essentiel du développement), de diverses mesures incitatives ou encore de programmes de formation du public local. Afin d’assurer la mise en oeuvre de ces stratégies complexes de développement local, apparaissent de nouvelles formes de coordination de l’action publique, notamment à l’échelle du quartier urbain.

Une politique de développement définie au niveau du quartier urbain (incluant la définition d’une stratégie de développement et la mise en place d’outils de gouvernance spécifiques au quartier) serait un complément pertinent aux politiques de développement menées aux échelles territoriales supérieures, dont elle pourrait renforcer l’efficacité.

Telle est en tout cas l’hypothèse de travail du projet SUN, qui est à la fois examinée au niveau académique et testée sur le terrain dans les quartiers des cinq villes partenaires.

Après un premier point sur l’état des connaissances en matière de développement des quartiers urbains, les partenaires du projet SUN souhaitaient partager leurs premières réflexions et donner la parole à une variété d’acteurs, concernés de près ou de loin par la thématique du développement des quartiers urbains. L’objectif de cette ouverture de la démarche à un large public est de réfléchir avec lui sur les pistes d’action envisagées dans le cadre du projet SUN, mais également de poser un certain nombre de questions méthodologiques que cette démarche a permis de mettre à jour, et auxquelles les partenaires du projet ne peuvent répondre seuls.

les objectifs concrèts de ce premier colloque étaient de :

  • présenter le projet Interreg IVa SUN à un large public, avec un accent pour cette fois, sur la dimension économique du projet
  • Identifier un public-cible pour le volet "économique" du projet SUN et initier un échange d’idées quant à la mise en place de stratégies de développement économique à l’échelle des quartiers urbains.
  • Informer ce public sur l’évolution des modes de gouvernance en matière de régulation et de développement économique.
  • Confronter cette évolution à l’expérience quotidienne des participants (récolter leurs réflexions et expériences).
  • Mettre en contact divers acteurs, issus de différents secteurs (urbanisme, aménagement urbain, économie, développement territorial, etc) mais également de différentes régions, qui sont tous amenés à jouer un rôle dans ces nouveaux mode de gouvernance liés au développement économique.